Radio MODUL303

vendredi 7 septembre 2018

Mon panthéon personnel

C'est très simple, tout en haut de mon panthéon personnel : trois musiciens (Mike Oldfield, Jon Anderson, Vangelis) et un groupe (YES). Dans ma vie, il y a un avant et un après la découverte de leur musique.






The Lost Man



L'album et son titre ont été inspirés par la photographie utilisée pour la pochette. Il s'agit des doutes, des interrogations et de l'angoisse d'un homme sur l'évolution du monde, sur la vie, sur son sens, sur ce qu'il croit et sur ce qu'il pense. Si le premier morceau est sombre et violent, le dernier ouvre une porte d'espérance.
Tous les morceaux ont été composés, arrangés, interprétés et enregistrés par Pat Pik (Patrick Pique), en mars et avril 2018. Il s'agit de musique électronique, essentiellement dans le style "Ambient", voire Dark Ambient.

Photographie © Pascal Mazzola



mardi 4 septembre 2018

François de Rugy



Bon courage et bonne chance à François de Rugy, nouveau ministre de la transition écologique.

Pour mémoire, la nomination de Nicolas Hulot : cliquer ici 


lundi 3 septembre 2018

La nature et ses surprises

L’image contient peut-être : plante, plein air et nature


Avec la nature tout est possible, y compris l'inattendu, même si quelques conditions doivent être réunies pour qu'il surgisse. Ainsi ce plant de tomate qui a poussé seul dans mon jardin. Je ne l'ai pas planté, ne l'ai pas entretenu, taillé ou traité, j'ai seulement placé un tuteur lorsqu'il a grandi et commencé à donner des fruits. 
Pourtant il est bien mal placé, à mi-ombre, au milieu d'adventices et de salades montées en graines, de choux pas très bien placés non plus, dans un coin que j'ai délaissé tout au long de l'été en fait.
D'où vient-il ? Il se trouve à l'ancien emplacement du tas de compost que j'ai déplacé. Il devait donc s'y trouver des restes de tomates. La nature a fait le reste. 
Donc même sans l'homme, ça pousse. De fait ça pousse encore mieux avec l'intervention humaine appropriée.
Cette petite observation autorise  donc à oser l'espérance dans le domaine de l'écologie, loin du pessimisme des collapsologues et autres effondrementalistes.



lundi 27 août 2018

Tu es mon fils, tu es ma fille, comme tu es.


A propos de la polémique provoquée par les propos du pape François prononcés lors de la conférence de presse dans l'avion du retour de Dublin.
"Faire le point" comme a dit le pape, cela veut dire comprendre une situation, pas la modifier de force.
Quand il y a un problème dans une famille, qui génère des problèmes de communication, une crise familiale, quelle qu'en soit l'origine, et qu'il y a des enfants concernés, le médecin que l'on voit dans ces cas-là s'appelle un pédopsychiatre.
Ce sont les pédopsychiatres qui dirigent les centres médico-psychologiques (CMP). Ce sont eux qui mènent les thérapies familiales pour retisser les liens quand ils sont abîmés ou rompus entre parents et enfants.
Je dirai même que c'est archaïque que d'avoir peur du mot psychiatre. Lorsqu'il y a des soucis dans une famille au point qu'elle aille mal, il n'y a pas de honte à faire appel à des thérapeutes pour se faire aider à aller mieux. Peu importe que ce soit des psychiatres, psychologues, psychanalystes... En France tout ce ce qui commence par "psy" suscite la suspicion ou la honte.
Voir quelqu'un comme Marcel Rufo, ça fait donc encore peur au XXIème siècle ?
Dans la vie il y a des familles où la découverte de l'homosexualité se passe mal, c'est regrettable, mais c'est ansi. Ce sont ces familles-là que le pape visait et il a raison en disant de leur conseiller de "se faire aider". Non pas pour soigner l'homosexualité mais pour aider à renouer ou permettre le dialogue pour que l'enfant ne soit pas rejeté par sa famille.
C'est ça l'enjeu.
Pape François1 «Ignorer son fils ou sa fille qui a des tendances homosexuelles est un défaut de paternité ou de maternité. Tu es mon fils, tu es ma fille, comme tu es. Je suis ton père ou ta mère : parlons. Et si vous, pères et mères, vous ne vous en sortez pas, demandez de l’aide, mais toujours dans le dialogue. Parce que ce fils ou cette fille a droit à une famille.»

mercredi 15 août 2018

Le jour du dépassement me dépasse...

https://ourworldindata.org/wrong-about-the-world


L'événement de chaque été, c'est le jour du "dépassement".  Cela me dépasse. J'en déjà parlé sur ce blog, ici.
J'ai eu l'occasion au cours de ce bel été de réfléchir et de lire des articles ou des ouvrages sur ce sujet.  
J'ai ainsi eu l'occasion de découvrir la notion - mal traduite - d'"ignorance globale", que l'on ferait mieux de désigner par la traduction littérale de "vision dramatisée du monde" ou "vision pessimiste du monde" et qui a été définie notamment par Hans Rosling, un statisticien suédois. 
On peut la repérer chez tous les adeptes de collapsologie ou d'effondrement, hélas nombreux chez les écologistes. Ceux qui partagent cette croyance feraient mieux d'être qualifiés d'"effondrementalistes" au lieu d'écologistes. Après tout l'écologie, c'est étudier la relation entre l'homme et son milieu et non pas théoriser la fin de la civilisation humaine. 
Comment expliquer cette dérive ? Les auteurs d'un article que j'ai lu l'expliquent ainsi :  
"The authors go on to explain that our perception is so very wrong because our minds are paying attention to extremes – the very richest, very poorest, most violent and most corrupt aspects of our world – so that we end up with what they call the ‘overdramatic worldview’, which is pieced together by all the most dramatic aspects of our world, but has a massive blind spot for the world that is the reality of most people in the world. The overdramatic worldview leaves us with a picture of the world that includes all the stories that are in fact rare (the fact that they are extraordinary is why they are reported in the media), but which has no understanding of what is actually common."

La totalité de l'article est disponible ici.


dimanche 15 juillet 2018

Champions du monde !



Et bien, ça fait plaisir ! C'est tout, rien à ajouter...

Etre antinucléaire ou ne pas être ?



Eric Le Boucher : "il reste que les énergies renouvelables sont intermittentes et qu'EDF est l'entreprise publique sur qui les Français peuvent compter pour assurer la continuité nationale du courant. Tant que des progrès n'auront pas été faits sur le stockage, le choix est entre le nucléaire, le charbon ou le gaz. Les écologistes nés en France du combat contre l'atome, sont irréalistes sur l'électricité."

J'ai été longtemps sur cette ligne antinucléaire fondamentaliste... Je suis d'accord avec cet éditod'Eric Le Boucher dans Les Echos, même si son opposition entre le réalisme de l'économie et l'idéologie de la Loi est quelque peu manichéenne sinon caricaturale.

Pour le reste, oui il faut faire confiance dans la capacité de l'Homme à innover et donc à trouver des solutions aux problèmes et aux difficultés qu'il doit résoudre et surmonter.
Car l'enjeu est le suivant : continuer à être humaniste ou verser dans les idéologies décroissantes qui poseront plus de problèmes qu'elles n'en résoudront.
Pour lire l'édito sur les difficultés de Nicolas Hulot, cliquer ici.

Eric Le Boucher, Le véritable échec de Nicolas Hulot, Les Echos.fr, 12/07/2018



samedi 14 juillet 2018

C'est ainsi que tout a commencé...


Ce billet évoque la musique, la mienne, et celle de ceux que j'aime. L'idée est de donner envie d'écouter ceux qui accompagnent ma vie depuis si longtemps et aussi de faire découvrir mon univers.

Un jour de l'automne de l'année 1980, alors que j'avais 15 ans, un ami musicien qui n'était alors qu'un camarade de lycée me dit : "tu aimes la musique ?" Je répondis par l'affirmative et il poursuivit en me montrant la pochette ci-dessus : "alors il faut que tu écoutes ça !" . 
Cet album - avec quelques autres - a littéralement changé ma vie et a fondé une amitié qui est toujours bien vivante.



vendredi 13 juillet 2018

Mon panthéon personnel

Sur ce blog, je désire aussi évoquer ma passion, ma vie, c'est-à-dire la musique. Voici mon panthéon personnel, et d'ailleurs je considère qu'il n'est pas que musical...
C'est très simple, tout en haut de mon panthéon : trois musiciens (Mike Oldfield, Jon Anderson, Vangelis) et un groupe (YES). Dans ma vie, il y a un avant et un après la découverte de leur musique.



Une petite promenade

Un morceau qui me permet d'évoquer la nature en musique :


Mon panthéon personnel

C'est très simple, tout en haut de mon panthéon personnel : trois musiciens (Mike Oldfield, Jon Anderson, Vangelis) et un groupe (YES). ...